Une arrivée à l’atelier

Un Pleyel crapaud de 1948 est arrivé dernièrement à l’atelier. Trouver un piano de la prestigieuse maison n’est plus plus si fréquent de nos jours. Il a un bel aspect général et mérite bien d’être remis en état.
Avant de le rendre disponible d’ici quelques mois, l’instrument très sain à cependant besoin d’un rafraîchissement de la mécanique et du clavier ivoire, ainsi que de l’ébénisterie en noyer français.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + 12 =